Pourquoi l’homme et la femme sont si violents dans leur relation ?

Si la femme avait la force physique de l'homme, croyez-vous qu'elle serait encore plus violente que lui, car elle est déjà violente dans ses paroles ?

Et l'homme violent physiquement, a-t-il déjà été un petit enfant doux et aimable qui fut jadis, éduqué par une mère attentionnée ?

Voyez-vous, il est inutile de chercher des coupables à la violence ni de raisonner à son sujet, car cela ne mettra pas fin à la violence, mais ne fera que de durcir notre cœur en cherchant à se défendre ou à attaquer... ce qui est une forme de violence !

Est-ce possible que ce soient les besoins qui donnent naissance à la violence ?

 

 

Pourquoi l'homme est violent ?

 

Il faut un changement de conscience et non une solution à la violence

Observons ensemble, si vous le voulez bien, tous ces grands penseurs, ces gens qui se disent importants, intelligents, connaisseurs, qui se croient supérieurs, qui sont au pouvoir.

Pourquoi n'ont-ils pas mis fin à cette violence dans le monde avec toutes les solutions et les idéologies apportées ?

En vérité, toute solution de paix venant d'un esprit craintif recherchant le besoin sous toutes ses formes, va constamment produire de la violence.

Voilà pourquoi les solutions politiques et sociales n'ont jamais fonctionnées, car ce qu'il faut, ce n'est pas un changement de résultat, de circonstances, de réalité, mais un changement de conscience en chacun de nous qui produit ces résultats.

Le monde est violent et lorsque ce monde vous regarde, alors il vous observe aussi comme quelqu'un de violent.

 

C'est en vous observant que vous prenez conscience de vous

Cette nouvelle conscience commence par vous, par moi, par chaque personne dans leurs relations quotidiennes et non en appliquant des solutions pour changer le monde, changer les autres, sauf soi-même !

C'est en vous observant, en percevant et en comprenant votre processus de pensée, que vous pouvez transformer votre conscience et ainsi, changer cette violence, cette réalité.

Être attentif à soi-même est une des choses les plus difficiles de la vie.

Mais de quelle façon nait la violence en nous ?

 

Les besoins créent d'abord la peur

Nous tous, croyons que les besoins sont indispensables dans nos vies. Tout le monde vit comme ça et cela crée une profonde croyance, une profonde habitude, une profonde dépendance !

Dans une relation de couple, la femme et l'homme cherchent à combler leurs besoins, sans aucune conscience de ce qu'est le besoin.

Ainsi, vous utilisez les relations comme des moyens, des solutions pour combler vos besoins et si votre homme ou votre femme ne vous donne pas satisfaction, alors vous avez peur de ne pas avoir quelque chose, de perdre quelque chose ou de ne pas être heureux sans telle chose !

N'est-ce pas cela qui se passe ?

Pourtant, il suffit d'indiquer à l'autre, vos préférences et ainsi le laisser libre de choisir d'agir en ce sens. Vous ne devez pas obliger l'autre à combler vos besoins ni d'utiliser la culpabilité pour le contrôler ni lui donner des ordres.

Mais lorsque vous trouverez la paix en vous, vous découvrez que vous n'avez plus besoin des choses de votre monde extérieur. Vous avez des préférences, mais vous ne dépendez pas des autres, du besoin, pour votre bonheur.

Vous êtes heureux par choix et vous entrez dans vos relations de cette façon, non de faire ou demander quelque chose pour l'être.

Être dépourvu de besoins est une grande liberté. Cela vous libère, d'abord, de la peur et ensuite de la colère envers quelqu'un qui selon vous, doit vous rendre heureux.

 

La colère est l'annonce de la peur

La colère est l'annonce de la peur. Lorsque vous n'avez rien à craindre, vous n'avez rien contre quoi vous mettre en colère.

  • Vous n'êtes pas en colère lorsque vous n'obtenez pas ce que vous voulez, parce que le fait de le vouloir n'était qu'une préférence, et non une nécessité, un besoin. Par conséquent, vous n'avez aucune crainte de ne pas l'obtenir et vous vivez aucune colère.

  • Vous n'êtes pas en colère lorsque vous voyez d'autres faire ce que vous ne voulez pas qu'ils fassent, car vous n'avez pas besoin qu'ils fassent ou non une chose en particulier. Par conséquent, vous ne ressentez aucune colère.

  • Vous n'êtes pas en colère lorsque quelqu'un manque de gentillesse, car vous n'avez pas besoin qu'il soit gentil.

  • Vous n'avez aucune colère lorsque quelqu'un manque d'amour, car vous n'avez pas besoin qu'il vous aime.

  • Vous n'avez aucune colère lorsque quelqu'un est blessant ou cherche à vous nuire, car vous n'avez pas besoin qu'il se comporte d'aucune autre façon, et vous êtes certain de ne pas subir de tort ni de blessure.

Comprenez-vous !

Ne pas avoir besoin ne signifie pas que vous n'avez pas de désirs, de préférences. Cela signifie que vous ne dépendez pas des autres.

Lorsque la peur vous est enlevée, tout le reste peut vous être enlevé et vous ne serez pas en colère.

Et cette peur prend fin, quand vous observez en vous, que vous n'avez pas besoin de rien pour être heureux ni pour survivre.

Si vous êtes vivant, cela est la preuve que tous vos besoins ont été comblés, alors pourquoi penser que vous avez des besoins ?

 

La violence est une colère non naturelle

La colère est une émotion tout à fait naturelle. C'est le don qui vous permet de répondre "non merci", de dire "c'est assez l'abus", "je n'aime pas cela". Votre colère n'a pas à être offensante, blessante ou nuire à quelqu'un. Lorsque les autres abusent de vous, la colère vous fait dire d'arrêter, que cela suffit.

Lorsqu'on laisse aux enfants affirmer ou exprimer leur colère, alors rendu à l'âge adulte, ils ont un comportement très sain à ce sujet et surpassent très vite leur colère.

Mais les enfants à qui on fait sentir que la colère n'est pas bien, pas avisée ou incorrecte et qu'il est mauvais de l'exprimer, et qu'ils ne devraient même pas la ressentir auront des contraintes, un fois devenus adultes, à la comprendre d'une façon appropriée.

La colère sans cesse refoulée devient de la fureur, de la vengeance, de l'hystérie, de la démence, de la violence ou de la rage, qui sont des émotions aucunement naturelles. À cause de cela, de nombreuses personnes ont causé la mort, des conflits ou des guerres épouvantables ont détruit toute harmonie et des familles se sont divisées.

Lorsque l'homme ou la femme accepteront leur état d'être violent, qu'ils comprendront que cette violence provient de la peur de ne pas combler leur besoin par les autres, alors cette émotion non naturelle arrivera à sa fin.

Aucune solution extérieure à vous fonctionne pour devenir non violent, il faut simplement accepter et comprendre vous-même "ce qui est", ce qu'est la violence.

 

Maintenant vous ?

Quels sont vos sentiments qui résonnent le plus avec ce qui est écrit ? Laissez-moi vos commentaires pour mieux écouter vos inquiétudes.

 


Auteur entrepreneur de plusieurs contenus éditoriaux de sites Web et fondateur d'entreprise. C'est la vérité qui libère et non les efforts qu'on fait pour se libérer.