Comment ne plus avoir peur de manquer d'amour ou de quelque chose ?


C'est par le partage avec les autres, que l'on accumule vraiment ce qui est bon pour nous !


N'êtes-vous pas inquiet, anxieux de manquer de quelque chose si les autres ne partagent pas avec vous, se retiennent ou s'en vont ?

Cette situation, chaque personne la vit à un certain moment, car nos croyances apprises des autres, nous empêchent de réfléchir et faire un choix plus élevé.

Pouvons-nous voir ensemble, si notre croyance d'accumuler plus, nous sert vraiment à être heureux dans nos relations ?

 

 

Partager avec les autres

 

L’autorité a inventé l’accumulation afin de vous séparer des gens et lutter pour en avoir plus

L'autorité veut vous faire croire qu'il y a un manque de tout dans la vie, car les gens sont séparés et que vous devez lutter contre eux pour l’avoir. Pas assez d'amour, pas assez de bonté, pas assez d'argent, pas assez de nourriture, pas assez de paix, pas assez de vie.

Pour y arriver, vous devez faire partie des puissants, des gagnants, accumuler plus, profiter plus, exploiter plus, performer plus et faire la compétition pour ne pas en manquer, pour vous accaparer du butin.

Les conséquences en sont l'habitude de croire que si vous ne faites rien, vous n’aurez rien, mais cela créé un problème supplémentaire, qu’il faut remplir certaines exigences, certaines règles.

Pour corriger leur erreur et ne pas perdre le pouvoir sur vous, l’autorité a inventé l’obéissance aux autres, au lieu de comprendre que l’accumulation est un choix moindre qui existe afin de faire un choix plus élevé.

Cependant, l'autorité ne comprend pas que l'on ne corrige pas une situation avec la même énergie qui l'a créée, donc avez la peur de perdre leur pouvoir !

 

L'accumulation de chose est un choix moindre dans la mesure où c'est pour se comparer

Nous voulons ne pas faire partie des "pauvres" ou des "perdants", alors nous éduquons nos enfants en leur donnant des choses matérielles et ainsi voir leur sourire, leur joie. Il n'y a rien de mal à cela.

Puis, ils grandissent, tout comme nous, à avoir l'habitude de mettre uniquement l'importance sur l'accumulation d'objets observables, donc mesurables afin de se comparer, prouver l'image de la richesse, de la réussite, du bonheur, du bon, du grand, etc.

Ainsi, selon cette façon de vivre, une personne qui ne possède pas ou peu de chose, ne pourrait jamais offrir des produits à leurs enfants et ainsi croire en sa pauvreté et le demeurer le restant de sa vie.

Mais avons-nous oublié d'offrir des actions aimables dans nos relations, peu importe si nous sommes riches ou pauvres ?

Comment est votre sentiment, lorsque quelqu'un vous fait un geste aimable et sincère sans utiliser des objets matériels pour compenser son manque d'amour ?

Quels sont les résultats de l'habitude d'accumuler plus de chose, de biens, de richesse sans accumuler plus d'actions aimables ?

Ne devenons-nous pas possessif, avide, agressif, compétitif ou jaloux ?

 

L'accumulation vous rend possessif

Nous avons peur de manquer de quelque chose et alors nous accumulons de plus en plus afin de se sentir en sécurité, se sentir en vie avec nos choses. Et nous cherchons à protéger, à conserver, à retenir ce que nous avons pour ne pas vivre malheureux ou que les autres prennent ce que nous avons.

Ma maison, mon argent, ma femme, mes enfants, mes jouets, mes biens. On s'identifie à nos choses, car sans elles, nous sommes rien et vide dans notre cœur.

Nous croyons profondément, que dans la vie, il y a pénurie de tout ce qui est bien pour nous. Pas assez d'amour, pas assez de joie, pas assez de paix, pas assez de nourriture, pas assez de biens, pas assez d'argent, etc.

La peur de perdre ce que nous avons produit l'obsession de vouloir garder les choses ou les gens, et ainsi nous rendre possessifs.

Est-ce que cela est en fait, de l'exclusivité ? Que la personne que nous aimons, ne peut pas aimer d'autre personne que nous ? Que les autres ne peuvent pas en avoir plus que nous ?

Mais le jour où j'ai touché le fond du baril, où je n'avais plus rien, la peur de perdre quelque chose à quoi m'accrocher s'est évaporée. J'ai compris combien je vivais dans la peur sans m'en rendre compte. Je vivais selon ce que les autres pensaient de moi, selon les apparences, mais cet amour n'était qu'une image et non une vérité en moi.

Je niais que je vivais selon ce que les autres pensaient de moi et ainsi garder plus fermement dans mes croyances, cette vérité que je n'acceptais pas.

Il n'est pas nécessaire de toucher le fond du baril pour se libérer de l'obsession de la possession, mais cela a été mon expérience pour en prendre conscience.

 

L'accumulation vous rend avide

Je me suis toujours demandé, pourquoi les riches désirent accumuler de plus en plus de ce qui leur faut pour vivre bien ?

2 % de ces gens possèdent plus de 90 % des richesses de ce monde et le plus curieux, ils en veulent toujours plus !

Ma réponse fut très simple ; Pour les apparences de montrer leur réussite, leur supériorité, leur importance, en se comparant avec les autres. Comme s'ils pouvaient gagner leur place au paradis, avoir la vie éternelle et être à la droite de Dieu !

Évidemment, ils ne croient cela, mais leur façon de vivre permet d'observer autre chose, d'observer leurs habitudes de gagner plus pour ne pas faire partie des perdants.

Pour moi, c'est une évidence que je suis éternel, car je suis l'expression de Dieu et j'ai le même pouvoir de création que lui ou elle. Je change tout simplement de forme et mon esprit tombe dans l'oublie, quand je reprends une nouvelle forme pour continuer le jeu. Car si je me souvenais de tout, alors le jeu serait terminé !

Ainsi, leur motivation est la peur d'aller en enfer, de ne pas avoir la vie éternelle et mourir avec le diable. Ils croient qu'il n'y a pas assez de vie et alors, ils cherchent à gagner leur place pour vivre éternellement après la vie sur terre.

L'accumulation est une peur, donc n'est pas l'amour, n'est pas qui nous sommes et nous rend avide, au point de tout faire pour que les autres aillent moins que nous ou tout faire pour avoir plus qu'eux.

 

L'accumulation vous rend agressif

Plus nous possédons et plus nous avons peur que les autres nous le prennent ! Et par réaction à cette peur, nous nous défendons ou nous attaquons les autres pour protéger nos biens, nos possessions.

L'agressivité ou la violence est la réaction d'une personne qui a peur de perdre quelque chose ou de vouloir quelque chose en utilisant la colère d'une façon mal avisée.

Est-ce que cette peur est fondée ou bien est-elle véhiculée par les gens au pouvoir qui cherchent à vous faire croire que leur égoïsme est aussi le vôtre afin de vous ranger à leur cause sans vous en rendre compte ?

Lorsque vous ne prenez pas sur le dos des autres, lorsque vous n'exploitez pas les gens, lorsque vous partagez, croyez-vous qu'ils vont chercher à vous prendre quoique ce soit ?

 

L'accumulation vous rend compétitif

En avoir plus que les autres, c'est prouver que nous sommes des gagnants, des personnes qui réussissent, des gens qui s'élèvent au-dessus des autres.

La lutte contre les autres devient une "saine" compétition ou une guerre "sainte", même si cela produit des milliards de gens vivant dans la pauvreté et laissant des milliers d'enfants mourir de faim à chaque jour.

La peur de ne pas être à la hauteur, de bien paraître, devient une guerre sans merci, une compétition pour faire partie des gens supérieurs. Les gens supérieurs ne sont-ils pas ceux qui contrôlent les gens inférieurs afin qu'ils accumulent plus de richesse sur leur dos ?

Ne sommes-nous pas égaux, de la même nature divine ? Est-ce que tout le monde a eu des chances égales dans la vie ?

Ceux qui vivent dans l'aisance dès leur naissance, se permettent souvent de dire avec arrogance, que les pauvres sont ainsi, car ils n'ont pas saisi leur chance.

Il est facile de porter un jugement sur les apparences, mais lorsque nous passons notre vie à constamment se préoccuper de quoi manger pour ne pas mourir de faim, alors nos priorités ne sont plus les mêmes. Peut-on parler de chances égales ou tout simplement d'inégalités ?

Accumuler plus rend compétitif et par conséquent, il n'y pas de coopération entre nous ni de collaboration.

 

L'accumulation vous rend jaloux

L'envie est une émotion naturelle qui nous pousse à continuer dans l'effort afin de réaliser notre but.

Mais lorsque l'envie provient de la peur, de la peur que les autres en aillent plus que vous ou qu'ils vous prennent ce que vous avez, alors l'envie n'est plus du tout naturel et se transforme en jalousie.

La jalousie est-elle une preuve d'amour ? Bien des gens affirment que oui, mais nous observons qu'elle prend naissance dans la peur et produit des conflits, des réactions violentes.

Accumuler, c'est en avoir plus que ce qu'il nous faut afin de se comparer avec les autres. Si nous luttons afin d'en avoir plus et que ne pouvons pas y arriver, comment est notre pensée envers les autres ?

Ne sommes-nous pas jaloux de leurs possessions ? Est-ce que notre jalousie cherche des moyens afin de les abaisser pour s'élever sur eux ? 

 

Existe-t-il un choix plus élevé qu'accumuler ?

Il n'y a rien de mal à vouloir plus d'argent, plus d'amour, plus de reconnaissance, plus de bien, plus de chose.

Toutes ces choses proviennent des autres, n'est-ce pas ?

C'est la façon de vous les procurer qui pourrait causer des problèmes dans les relations et la seule façon que nous avons été conditionnés de faire est en contrôlant les gens, les obliger de nous apporter ce que nous voulons de plus.

Nous n'avons pas eu de choix et ainsi utiliser cette unique façon de faire.

Ainsi, il ne nous vient jamais à l'esprit que nous obtenons plus par le partage !

Lorsque j'ai commencé à écrire en 2002, j'ai envoyé mon premier manuscrit à une trentaine de maison d'édition, mais j'ai eu la même réponse qui me disait : "malgré la qualité de votre œuvre, monsieur Lasanté, nous regrettons, car notre programme éditorial pour l'année est terminé".

30 échecs qui m'ont blessés, mais je me suis dis, "si j'étais une personnalité très connue, aurais-je eu la même réponse ?" C'est à cet instant, j'ai pris conscience que je ne suis pas seul à vivre ce problème et bien d'autres personnes se font refuser l'édition de leur livre, de leur création.

J'ai ainsi créé ma petite maison d'édition et j'ai édité des centaines d'auteurs inconnus en ayant comme slogan : "Le point de vue écrit de toute personne est aussi important que celui d'un autre."

Par conséquent, si je veux quelque chose des autres, je leur offre ce que je veux pour moi et ainsi en faire l'expérience pure dans la relation et non d'être uniquement concentré sur mes intérêts.

C'est par le partage que l'on accumule sans lutte, sans effort et avec une passion débordante.

Mais partager doit être un mode de vie volontaire et non quelque chose imposé par le gouvernement ou les gens.

Nous ne pouvons pas perdre ce que nous partageons, mais nous pouvons perdre ce que nous accumulons, ce que nous possédons, ce que nous retenons de force.

Ainsi, ce qui compte est de toujours s’inclure parmi les gens à qui nous donnons, car ainsi, nous avons l’impression de ne pas s’oublier.

 

Qu’est-ce qui compte le plus pour vous !

L'accumulation en ayant peur de manquer de quelque chose est un choix moindre qui existe pour faire un choix plus élevé.

Amener les autres à obtenir ce qui est bon pour eux est une façon de vivre remarquable pour se connaître dans la relation et s'aimer par la création. L'occasion vous est offerte.

Est-ce que l'accumulation vous sert, vous est utile, compte tenue de ce que vous aimeriez vivre, selon vous ?

Si cela vous sert, alors continuez à vivre de la même façon, mais si cela ne vous sert pas, vous cause un problème, alors pourquoi ne pas faire un choix plus élevé pour vous ?

L'accumulation existe afin de faire entrer en existence dans votre esprit, ce que l'accumulation n’est pas, donc ce que vous êtes, et ainsi avoir un choix libre pour créer ce dont vous aimeriez avoir ou être.

 

Maintenant vous ?

Quels sont vos sentiments qui résonnent le plus avec ce qui est écrit ? Laissez-moi vos commentaires pour mieux écouter vos inquiétudes.

 


 


Auteur entrepreneur de plusieurs contenus éditoriaux de sites Web et fondateur d'entreprise. C'est la vérité qui libère et non les efforts qu'on fait pour se libérer.