Comment convaincre quelqu’un sans preuves ni faits ?


Les faits ou les preuves ne sont pas l'antidote contre le doute afin de vouloir convaincre quelqu'un à votre cause.


Presque tout le monde croit qu'il faut des faits, des preuves et des appuis pour convaincre quelqu'un.

Mais un esprit qui ne veut pas être changé, quelqu'un qui secoue la tête, qui a les bras croisés, les yeux plissés et les oreilles fermées ne sera pas influencé par d'autres faits ni preuves.

Pourtant, la véritable façon de convaincre quelqu'un est de lui démontrer nos vérités par l'expérience vécue, par les sentiments dans l'âme, afin qu'il soit libre de choisir de croire ce qu'il veut.

Ainsi, la meilleure façon de convaincre quelqu'un est de ne pas vouloir le convaincre tout simplement !

 

 

Comment convaincre quelqu'un ?

 

Avez-vous oublie la règle d'or ?

Combien de résistance et d'efforts perdus à vouloir convaincre quelqu'un, au lieu d'accepter qu'il existe une façon d'être plus compréhensive dans les relations !

J'ai souvent fait l'erreur de vouloir convaincre une personne en lui montrant plus de preuves, plus de faits, plus d'appuis et plus d'arguments sans prendre conscience que cette façon d'être est loin d'être la plus évoluée, même si la plupart des gens l'utilisent.

Surtout ceux qui sont remplis de connaissances, ceux qui sont parents ou ceux qui ont une position dirigeante...

J'ai été tellement conditionné depuis mon enfance et par toutes ces images que, gagner est l'idéal le plus élevé. Gagner pour ne pas faire partie des perdants... au lieu de comprendre qu'il n'y a jamais de gagnant lorsqu'il y a un perdant.

Mais en me mettant dans la peau des autres, en appliquant la règle d'or qui consiste à ne pas faire aux autres ce que je n'aimerais pas que les autres me fassent, alors j'ai compris mon erreur, mon choix moindre, mon conditionnement, et ainsi pouvoir faire un choix plus élevé de façon consciente.

Avais-je oublié cette règle d'or ?

Évidemment !

 

Vérité ou réalité ?

La règle d'or à tout à voir avec les sentiments de l'âme, de l'être, non avec la réalité des apparences, des faits, des preuves et des appuis.

Quel est mon sentiment, lorsque quelqu'un veut me convaincre à croire sa version ?

Comment je me sens, quand l'autre m'apporte des faits et des preuves pour avoir raison et ainsi me donner tort ou m'obliger à avoir le même point de vue ?

Est-ce que je me sens bien ou je me sens mal et inconfortable ?

Comme il est facile de dire aux autres d'accepter ses torts, de se fier aux apparences de la réalité, mais quand cela nous arrive, c'est une toute autre histoire, n'est-ce pas ?

Ce qui est vrai pour moi est mon sentiment par rapport à quelqu'un ou quelque chose et tenter de convaincre quelqu'un sans expérience propre, sans sentiment vécu est une profonde habitude qui m'empêche d'évoluer en conscience et en bien-être dans les relations.

Mais cela m'a permis de comprendre et expérimenter autre chose.

 

Convaincre quelqu'un est en vérité ne pas être convaincu soi-même

Pourquoi diable, voudrais-je convaincre quelqu'un ? Quelle est mon intention qui me pousse, me motive à vouloir que l'autre se range à ma cause ?

N'est-ce pas celle de vouloir avoir raison, de gagner quelque chose, d'obtenir quelque chose, peu importe mes sentiments et ceux de l'autre ?

Ai-je confondu vérité et réalité ? Ai-je confondu sentiment et apparence ?

Si je ne l'ai pas expérimenté et que je veux convaincre quelqu'un, alors je me dois de chercher des faits, des preuves, des appuis, afin d'y croire, car je ne suis pas convaincu, je n'ai pas la vérité dans mon âme.

En vérité, mon intention est d'amener le plus de gens à me croire, à avoir de plus en plus d'appuis, les convaincre que j'ai raison, car au plus profond de moi, je ne suis pas convaincu.

J'ai peur de me tromper si j'en fais l'expérience... j'ai peur d'être jugé, j'ai peur de ne pas être à la hauteur, par conséquent, je tente de convaincre les autres afin d'éviter de vivre un inconfort dans mes sentiments.

Pourtant, cet inconfort est la source de mon évolution en choisissant d'expérimenter ce que je ne connais pas et ainsi le connaître dans mes sentiments par l'expérience.

 

Être convaincu, c'est l'avoir expérimenté soi-même

Si je suis convaincu de quelque chose, c'est que je l'ai expérimenté moi-même et vécu les sentiments que cela m'a apportés.

Je n'ai pas besoin de convaincre quelqu'un n'est-ce pas ?

Je n'ai pas besoin de faits ni de preuves dans la réalité.

Je n'ai pas besoin d'y croire, car j'ai la connaissance absolue à ce propos au moyen des sentiments ou vérités propres.

Mon sentiment de bien me dit que cela fonctionne compte tenue de ce que je cherche à faire et mon sentiment de mal à ce sujet me dit que cela ne fonctionne pas compte tenue de ce que je cherche à faire.

Je connais par expérience, les deux côtés des sentiments et cela me permet de choisir consciemment de créer ou recréer mon bien-être ainsi que celui des autres.

 

Le choix le plus élevé n'est pas de convaincre quelqu'un, mais d'être bien tous les deux

Pour moi et pas nécessairement pour vous, je connais par expérience qu'il est essentiel de ne jamais avoir une discussion avec quelqu'un en voulant avoir raison, mais de commencer à me donner tort, parler de mes erreurs sur un sujet particulier.

En déclarant mes erreurs, alors j'aide les gens à ne pas faire les mêmes choix que moi, éviter à vivre des expériences malheureuses et ainsi choisir celles qui pourraient fonctionner pour eux sans les obliger à me croire.

Voilà ce qui fonctionne pour moi.

De ne jamais vouloir convaincre quelqu'un si mon désir est qu'il se range à ma cause... En fait mon désir n'est pas qu'il se range à ma cause, mais de lui faire prendre conscience qu'il a toute la sagesse en lui afin de choisir ce qui est le mieux pour lui compte tenue de ce qu'il cherche à faire.

En lui montrant ce qui ne fonctionne pas pour moi, alors son esprit prend conscience de ce qui pourrait fonctionner pour lui...

Par conséquent, j'ai simplement à parler des mes expériences inconfortables ou mes erreurs, non de parler de faits, de preuves et d'appuis pour avoir raison et lui donner tort. Cela divise la relation et crée des malaises.

Je préfère me montrer un "perdant", quelqu'un qui fait des erreurs, car je sais que les gens ont l'habitude de se défendre ou attaquer pour ne pas perdre la face. Ainsi, ils se sentent bien et moi aussi.

Je préfère faire quelque chose imparfaitement par amour, que de ne rien faire parfaitement par la peur.

 


Claude Lasanté