Comment être un gagnant sans que l’autre soit un perdant ?


Toute idée qui a sa base dans la peur, la peur de perdre, produira les effets de la peur, donc une division, une absence d'amour.


Vous détestez perdre, n'est-ce pas ?

Vous ne voulez pas être vu comme une personne inférieure, n'est-ce pas ?

Vous avez honte de ne pas être à la hauteur, n'est-ce pas ?

Mais lorsque vous gagnez, avez-vous de la compassion envers les perdants ou vous êtes tellement absorbé par le gain personnel ?

 

 

Comment être un gagnant ?

 

L'ignorance des gens qui dirigent les systèmes d'enseignement

Je me souviens d'avoir vu, il y a de nombreuses années, ma petite fille de 4 ans qui commençait à jouer au soccer.

Les entraîneurs des deux équipes ont mis les jeunes filles sur le terrain de chaque côte de la ligne du milieu et mis le ballon au centre. Puis ils ont sifflé pour lancer le jeu.

À notre grand étonnement, les petites filles des deux équipes courraient ensemble avec le ballon dans la même direction. Comme s'il n'y a avait qu'une seule équipe sur le terrain et un seul but.

Puis le sifflet s'est fait entendre pour arrêter le jeu, et les entraîneurs ont expliqué avec leur grande sagesse, que ce n'était pas ainsi que se jouait le soccer.

Pourtant, les jeunes filles s'amusaient beaucoup !

Pouvez-vous observer sans jugement et sans raisonnement, ce qu'est notre véritable nature humaine, soit celle d'être ensemble, et non de se diviser par la compétition, par la rivalité, par la supériorité à vouloir être meilleur que les autres ?

Gagner pour ne pas faire partie des perdants !

Tout cela ne fait que créer l'absence d'amour dans nos relations.

Est-ce que les gens qui dirigent les systèmes d'enseignement sont ceux les plus en désordres à propos de notre véritable nature ?

Est-ce un choix moindre, un choix primitif, que de montrer à nos enfants la compétition, que le fait de gagner est l'idéal le plus élevé dans la vie ?

 

 

La peur de perdre est une motivation qui divise les relations au lieu de les unir

Ce qui compte n'est pas de vouloir gagner ni d'avoir peur de perdre, mais d'être conscient que cela ne fonctionne pas pour être bien ensemble.

La peur de perdre est une motivation qui divise les relations par des désirs égoïstes et inconscients, mais ne pas avoir peur de perdre, c'est ne pas chercher à gagner sur les autres, mais avoir la motivation d'aider l'autre à réaliser son désir.

Et si nos incluons nos propres désirs dans ceux des autres, alors en réalisant leurs désirs, nous réalisons les nôtres. Nous sommes conscients que ce que nous faisons aux autres, nous le faisons pour nous aussi.

Si je fais quelque chose pour créer plus d'abondance aux autres en sachant que cela m'apporte un peu d'abondance, alors je suis heureux et les autres aussi !

Si je vous aide à faire 1000 $, auriez-vous peur de me donner 100 $ pour cela ?

Si je suis aimable avec ma femme, si je n'attends pas que ma femme le soit envers moi, alors je crée en elle, un état d'être de bien et ainsi ma femme sera bien dans sa relation avec moi, n'est-ce pas ?

Son bien-être apportera un bien-être avec qui elle est en relation, donc moi-même !

Mais si je cherche uniquement mon désir, si je cherche à gagner ou être meilleur que les autres, sans me soucier d'eux, alors j'oublie les désirs de ma femme et des autres.

Quelle sera leur réaction ?

Ainsi, il est dans mes véritables intérêts de ne pas chercher à gagner sur les gens ni les oublier, car ils m'oublieront ou me détesteront.

 

La peur ou l'amour, quelle est votre motivation ?

Toute idée à faire qui a sa base dans la peur, donc la peur de perdre, produira les effets de la peur, donc une division, une absence d'amour.

Toute idée à faire qui a sa base dans l'amour, donc ne pas avoir peur de perdre, produira les effets contraire de la peur, donc une unité, une présence d'amour.

Vous êtes conscient que vous avez la liberté de choisir, n'est-ce pas ?

 


 


Auteur entrepreneur de plusieurs contenus éditoriaux de sites Web et fondateur d'entreprise. C'est la vérité qui libère et non les efforts qu'on fait pour se libérer.