L'enseignement scolaire est-il basé sur la peur ou sur l'amour ?


Pour gérer efficacement une école, il suffit d'amplifiez la peur et ainsi détruire les rêves, les passions et l'initiative des enfants.


Est-ce que l'école existe pour combler des emplois dans les usines et les bureaux ?

Est-ce que l'école a vraiment évolué depuis 100 ans ?

Avons-nous besoin de plus de peur et moins d'amour, moins de passion et moins d'initiative dans nos écoles ?

Devons-nous créer des enfants imitateurs et ainsi tuer toute motivation ?

Qu'en est-il de la responsabilité des enseignants ?

 

 

Enseignement scolaire par la peur

 

La culture industrielle et économique

La passion alimente les rêves et crée le changement et cela doit provenir de l'individu, non d'un demi-dieu ni d'une situation économique ni d'un système ni de réformes.

Le changement provient de l'intérieur vers l'extérieur, non de l'extérieur vers l'intérieur, car l'extérieur est un résultat tandis que l'intérieur est le processus qui crée le résultat.

La structure industrielle étendue et mesurable de l'école signifie que la peur doit être utilisée pour maintenir le contrôle sur les masses de gens afin qu'ils obéissent et soient punis s'ils ne se soumettent pas aux exigences de l'autorité.

Il n'y a pas d'autre moyen de faire respecter l'ordre, d'imposer de force, des centaines ou des milliers d'enfants, à suivre le même chemin venant de l'extérieur. En fait, il y a des choix plus élevés, mais personne ne se pose de questions au sujet de l'école.

Et les conséquences de cette peur et de cette conformité est la destruction totale de la passion dans chaque enfant, qui deviendra un adulte, pour ensuite la transmettre de génération en génération.

 

L'accumulation de la mémoire pour mesurer qui est le meilleur être humain

En vérité, il n'y a pas de place pour quelqu'un qui veut aller plus vite, quelqu'un qui veut faire autre chose ou quelqu'un qui se soucie profondément d'un problème particulier.

Quelqu'un qui veut apporter du bien-être dans les relations, des bienfaits dans ce monde ou de la valeur ajoutée pour se différencier des autres.

Continuez à faire comme nous ! Écrivez-le dans vos notes pour ne pas l'oublier, le mémoriser ! Il y aura un test plus tard. Un test à choix multiple. Un test qui va mesurer qui est "plus intelligent" que l'autre, meilleur que l'autre !

Vous en retirer une grande gloire !

Un test qui va créer de la compétition malsaine entre nous et donner naissance à la jalousie, les conflits, la guerre et les divisions. Quelle sorte de gloire est-ce cela ?

Avons-nous vraiment besoin de plus de peur venant de l'extérieur de nous ?

 

 

Les emplois ont été inventés avant l'école

Notre culture change pour s'ajuster à la situation économique, donc d'avoir à l'esprit l'argent d'abord, les résultats d'abord, peu importe ce que les gens vivent.

Il y a environ une centaine d'années, les riches ou les plus puissants qui possédèrent de grandes entreprises ou usines avaient besoin d'une institution qui allait produire des travailleurs conformes comme des machines, obéissants aux ordres et respectueux de l'autorité, alors ils ont construit le système d'enseignement tel que nous le connaissons.

Les usines ne se sont pas construites parce qu'il y avait des écoles.

Ce sont les écoles qui se sont créées parce qu'il y avait des usines.

La raison pour laquelle beaucoup de gens croient devoir chercher un emploi est tout simplement que l'économie a besoin d'eux pour combler les postes dans leurs usines, leurs entreprises, leurs bureaux.

Les emplois ont été inventés avant que les travailleurs ne soient inventés.

Dans notre monde actuel, les travailleurs qui sortent de l'école ne sont pas vraiment ce dont nous avons besoin, mais les écoles restent encore concentrées sur les besoins d'hier, les besoins économiques des riches et des puissants d'il y a plus de 100 ans.

Y a-t-il de l'espoir pour changer cette profonde habitude ?

 

Les deux outils disponibles aux enseignants

Il n'y a vraiment que deux outils à la disposition de l'éducateur.

D'un côté il y a la peur et de l'autre, la passion ou l'amour de faire !

Évidemment et sans aucune conscience, l'outil le plus simple est la peur, car elle est facile à utiliser, facile à entretenir, facile pour contrôler les plus petits, mais finalement elle est fortement toxique.

L'autre outil est la passion. Un enfant qui aime prendre soin des animaux, qui aiment réparer des choses, qui aiment faire du bricolage ou des constructions, qui aiment rassembler les amis ou qui aiment s'occuper de la nature va apprendre avec beaucoup d'initiative et d'enthousiasme.

L'enfant va chercher à connaître le plus d'information sur le sujet qui l'intéresse afin de pouvoir utiliser sa passion de faire et ainsi développer ses talents.

La passion surmonte aisément la peur.

La peur de perdre, la peur de l'autorité, la peur d'être jugé, la peur d'être condamné, la peur d'échouer, la peur d'être ridiculisé, la peur de ne pas être aimé.

Le problème est que la passion individuelle est difficile à mesurer, difficile à comparer avec des tests ou examens et difficile à intégrer au modèle industriel d'il y a 100 ans.

La passion ou l'amour de faire est plus difficile à enseigner à de grandes masses de personnes, car l'imitation est impossible.

Mais un enfant (aussi un adulte avec l'esprit ouvert) a qui on explique ces deux points de vue, celle de sa passion et celle de l'obligation de l'enseignement par la peur, verra dans sa conscience la situation en fonction de ce qu'il compte faire de sa vie et ainsi comprendre sans devoir quitter l'école et en ayant en lui, une passion débordante pour réaliser ses rêves en utilisant sa passion de faire au service des autres.

 

Que font les enseignants pour alimenter les passions et les rêves de mon enfant ?

Notre culture a un problème de rêve et de passion de faire. La plupart du temps, elle a été créée par le système actuel, et elle empire.

Les rêveurs à l'école sont dangereux.

Les rêveurs peuvent être impatients, peu disposés à devenir des imitateurs conformes et, surtout, difficiles à intégrer aux systèmes existants.

Nos enseignants ont une responsabilité envers les enfants, non envers leurs dirigeants, car leur travail est d'encourager et enseigner aux enfants à connaître leur passion et à choisir leurs buts personnels, non à combler des postes sans aucune joie au travail afin de gagner leur vie.

Si les enseignants n'ont pas l'intention d'alimenter les passions et les rêves de vos enfants, que pouvez-vous être et faire comme parents ?

Pouvez-vous leur expliquer les deux points de vue sans porter de jugement ? Pouvez-vous encourager vos enfants à connaître leur passion, l'utiliser aux services des gens et ainsi vivre dans la joie d'être autonome ?

Je le vis avec mon fils Éric et je suis particulièrement fier de lui et de moi.

 


Claude Lasanté