Qu’est-ce qui donne naissance à la violence verbale et physique ?


Peu importe les solutions pour éliminer la violence dans ce monde, rien ne fonctionne si j'oublie de voir en moi, ce qui donne et redonne naissance à mon comportement violent !


Une de nos profondes habitudes pour solutionner un problème est celle de vouloir changer le monde extérieur sans s'observer intérieurement d'abord !

Comme si chacun de nous n'est pas responsable de ce qui se produit et ainsi rendre tous les autres responsables.

En fait, si j'observe en moi un quelconque comportement violent, alors je me sens responsable et j'ai à faire quelque chose, n'est-ce pas ?

Mais si les autres tentent de me rendre responsable, alors jamais je sentirai en moi une quelconque responsabilité, mais bien une forme de culpabilité !

Par conséquent, ne serait-il pas sage de m'observer d'abord sans que personne me pointe du doigt et sans que je pointe du doigt les autres ?

 

 

Violence verbale et physique

 

Quelle est la différence entre la responsabilité et la culpabilité ?

Lorsque je m'observe et accepte sans porter de jugement que mon comportement contribue à créer quelque chose de bien ou de mal, alors mon engagement est total concernant ma responsabilité d'avoir créé cela.

Je ne cherche pas à me défendre ni à attaquer personne, car personne ne me juge ni me culpabilise ni me condamne.

Mais lorsque quelqu'un me montre mes erreurs, mes fautes ou mes comportements malsains, cette personne n'est pas consciente que son comportement contribue à créer plus de violence en moi.

Je cherche alors à me défendre ou à attaquer pour me protéger du jugement afin de ne pas me détester.

En vérité, la responsabilité ne vient jamais des autres, mais bien de notre propre engagement. Si cela vient des autres, alors nous transformons la responsabilité en culpabilité.

 

La violence doit être acceptée et comprise, non la fuir avec des solutions correctives

Si j'ai l'habitude de voir uniquement la violence chez les autres, de voir la violence dans ce monde, alors j'oublie de voir cela en moi.

J'ai peur de voir cela en moi, car presque tout le monde vit cette peur, vit dans un monde où chacun de nous cherchons les coupables afin de les punir.

Personne ne se rend compte que nous faisons de notre mieux compte tenue de l'information que nous disposons du moment.

Mais nous ne changeons pas l'information ou la conscience que nous disposons du moment, car nous fuyons cela au moyen de solutions correctives pour tenter d'éliminer la violence.

Pour changer l'information du moment, nous devons savoir de quoi il s'agit et non de réagir en oubliant de quoi il s'agit... en cherchant ce qui devrait être !

Nous devons, chacun de nous, savoir de quoi il s'agit. D'accepter et comprendre comment la violence prend naissance en nous et ensuite exprimée hors de nous dans nos relations.

Une personne avec un comportement violent ne peut pas exprimer autre chose que la violence, peu importe les solutions qu'elle exprime... La violence arrive à son fin, lorsque l'on accepte et comprend que l'on est violent, puis de choisir consciemment d'être non violent.

 

Je suis violent, car j'ai été conditionné à l'être

J'ai toujours cherché à réaliser mes désirs matériels sans être conscient que j'étais une âme qui avait des désirs également, mais complètement différent de ceux de mon corps.

Mon esprit est l'énergie qui fait activer mon corps en fonction de mes désirs de mon âme ou contre elle sans m'en  rendre compte.

J'ai ainsi grandi en ayant à l'esprit que nous étions des êtres séparés par nos désirs matériels, corporels sans jamais avoir des désirs dans l'âme, dans mes sentiments, afin de bien m'entendre dans mes relations.

On m'a jugé, on m'a puni et on m'a condamné durant mon enfance, au lieu de me montrer par l'exemple, une façon d'être non violent pour obtenir mes désirs.

Je ne pouvais même pas réaliser mes propres désirs sans avoir besoin des gens forts et autoritaires, et ainsi en dépendre ou attendre. J'ai ainsi cru que je n'avais aucun pouvoir pour choisir et réaliser la vie que je voulais.

Lorsque je ne pouvais pas obtenir mes désirs matériels des autres, alors je souffrais et je devenais en colère contre eux.

Ainsi, j'ai contribué, sans m'en rendre compte, à ce monde violent par mes colères, mes désirs matériels, mes besoins et mes croyances qui divisaient les relations.

En d'autres termes, le concept de la séparation produit des désirs corporels sans aucune conscience des désirs de l'âme.

 

Les désirs de l'âme produit la non violence

Les désirs corporels sont tous des désirs qui ne tiennent pas compte des désirs de notre âme, des désirs de l'unité entre nous et la conscience des sentiments par la création ou expression consciente de ces désirs en toute liberté de choix.

J'ai pris conscience après certaines expériences douloureuses que ce qui compte maintenant pour moi est d'être attentif à mes sentiments et ceux des autres, donc nos états d'être dans l'âme, peu importe les désirs du corps ou matériels.

L'amour, donc qui je suis, est la seule solution qui fonctionne pour éliminer la violence et cela débute en moi, non en attendant que les autres commencent !

Ce qui donne et redonne naissance à la violence est l'oublie que nous sommes une âme et vivre comme si nous étions uniquement un corps.

Comme bien des gens, j'étais convaincu d'être un corps, car je pouvais le voir, mais je n'étais pas totalement convaincu que j'étais aussi une âme... Aujourd'hui je connais mon âme, je la sens et je comprends que chaque personne aussi a une âme.

 


Claude Lasanté