En avez-vous assez des règles de savoir-vivre dans les relations ?

Quand vous contrôlez quelqu'un, vous obtenez ce que vous voulez, et quand vous libérez quelqu'un, il obtient ce qu'il veut, selon lui. Pourquoi alors, suivre les règles des autres et ainsi être malheureux ? Dans les règles, vous n'évoluez pas, vous obéissez par la peur, et cette peur vous garde prisonnier toute votre vie, sans vous en rendre compte.

Ce n'est que par l'expression de la liberté, de ce que vous êtes, que vous réalisez la croissance la plus grande, ou même qu'elle soit possible.

Mais vous ne voulez pas que les gens soient libres, car vous avez peur de perdre quelque chose d'essentiel dont vous croyez, à tort, avoir besoin pour survivre ou être heureux. Il est beaucoup plus difficile de libérer les gens que de les dominer.

 

 

Règles de savoir-vivre

 

Le problème concernant les règles de savoir-vivre ou de comportement, c'est que quelqu'un doit établir les directives. Cela veut dire, automatiquement, que vos comportements sont limités, dictés, contrôlés par l'idée que quelqu'un d'autre se fait de ce qui devrait vous apporter la joie, vous faire du bien.

Êtes-vous conscient de vos intentions, quand vous cherchez à imposer des règles de savoir-vivre, de moralité ? Êtes-vous conscient de vos intentions, quand vous obligez les enfants à suive vos nombreuses règles de comportement à l'école ?

Quelles sont vos croyances à ce sujet ? Fonctionnent-elles pour créer un monde de relation aimable, de justice, de paix et de liberté ?

 

Qu'est-ce que vous croyez concernant les règles de savoir-vivre ?

Avec toutes ces règles, vous empêchez les gens de bien vivre en mettant l'importance sur l'imposition de limites, sur le jugement de leur action, sur la dépendance aux autres et par conséquent, vous bloquez toute possibilité d'évolution, de croissance et de joie.

Quelles sont vos croyances à ce sujet ?

  • Vous croyez que vos règles apportent un sentiment de sécurité à vos enfants et effectivement, ce sentiment de sécurité se nomme la peur ou l'inconscience de soi. Il n'y a pas de joie, d'amour, de justice et de vérité dans la peur. Je ne parle pas ici de sécurité physique dans le fait d'éviter un accident grave. Cela est la prudence.

  • Vous croyez que vos règles permettent que l'enfant comprenne vos attentes et effectivement, vous éduquez vos enfants à vivre selon vos désirs égoïstes, à détruire toute initiative personnelle, à vivre sous l'approbation des autres, de douter d'eux et d'être des esclaves.

  • Vous croyez qu'avec des règles, vous enseignez que vous ne pouvez pas avoir tout ce que vous voulez dans la vie, et effectivement, vous ne pouvez pas réaliser vos rêves, car les règles empêchent toute liberté de création et toute imagination.

  • Vous croyez que vos règles sont très utiles pour avoir des comportements avisés dans les relations en disant aux autres ce qui est bien et ce qui est mal, et pourtant, ce sont ces jugements de valeur qui empêchent les enfants de se comprendre et apprendre de leurs erreurs de choix sans aucune culpabilité ni punition.

Je trouve malheureux, tellement triste, qu'une personne qui a un merveilleux sentiment de faire l'expérience de certaines choses, puis de se retenir parce qu'elle a l'impression que ce rêve, violerait les règles de comportement !

Les règles de comportement font rarement référence à des limites juridiques, mais le plus souvent à des concepts plus simples de ce que vous considérez comme approprié.

Le comportement approprié ne correspond pas toujours à ce que vous nommez les meilleurs de vos intérêts. En fait, c'est rarement le comportement qui vous apporte la plus grande joie.

 

Pourquoi dicter aux autres quoi faire ou ne pas faire ?

Vous êtes tellement conditionné à donner des ordres, qu'il ne vous vient jamais à l'esprit de poser des questions qui visent l'intérêt de vos enfants et ainsi les laisser en harmonie avec leur âme, leur esprit et leur corps. Vous êtes constamment concentré sur vos intérêts et ainsi créer des divisions dans une relation.

Par exemple, vous ordonnez à votre enfant : Va ramasser tes jouets dans ta chambre ou pourrais-tu ramasser tes jouets dans ta chambre s'il-vous-plait ? De cette façon vous imposez vos désirs et vous ne respectez pas vos enfants.

Pourquoi ne pas leur dire : As-tu une idée comment faire pour que nos chambres soient belles à regarder et ainsi bien s'entendre ?

Choisissez vos propres mots, et ce qui compte est de poser une question qui ne lui dit pas quoi faire et insérer un ou deux bienfaits ou intérêts pour lui et vous.

Plus vous imaginez et plus vous verrez la simplicité pour bien vous entendre sans imposer ou dicter à l'autre, quoi faire ou ne pas faire.

Le but n'est pas de leur dire leurs erreurs ou de leur dire quoi faire ou non, mais bien de leur faire prendre conscience de ce qui ne fonctionne pas compte tenue de ce qu'ils cherchent à faire ou ce que vous aimeriez comme résultat.

 

D'où viennent vos croyances concernant les règles ?

Si vous avez été contrôlé à obéir à des règles depuis votre naissance, alors il est certain que vos croyances ne proviennent pas de vous, de votre conscience ni de vos expériences. Comment pouvez-vous savoir si cela est juste et bon ? Vos règles ont fait en sorte de vous oublier, de vous endormir dans ce cauchemar, que vous nommez la vie.

Mais ceux qui établissent les normes et ceux qui les imposent, sont-ils conscients de leur sentiment et leur émotion, qui déterminent l'intention dans une relation ? Jamais personne ne vous a fait prendre conscience de l'importance de ces questions, n'est-ce pas ? L'importance de qui vous êtes.

Probablement, ces questions ne vous intéressent guère, car il est plus important de donner tort, de chercher à avoir raison, que de comprendre le point de vue des autres !

En regardant l'ensemble des relations, les faits observables par les conflits, les guerres, les violences, etc., pouvez-vous accepter que les règles pour contrôler les gens ne fonctionnent pas pour vivre en harmonie ? Ils fonctionnent pour vivre les mêmes conflits, de génération en génération.

Plusieurs ont constaté que les règles de comportement ne fonctionnent pas. Cependant, ils ont cru devoir corriger cette erreur en inventant d'autres règles, de nombreuses règles, de nombreuses conditions à faire, qui ne sont que des moyens ou méthodes.

 

On ne corrige pas une erreur en ajoutant d'autres "comment faire"

La base de votre processus est de contrôler l'autre en faisant croire que c'est pour leur bien. En vérité, c'est pour le vôtre. Vous êtes obsédé par le pouvoir, à contrôler l'autre, afin de satisfaire vos besoins. Et ce pouvoir, ce sont les règles imposées pour que les gens vous obéissent.

Et le moyen à faire, le comment faire, est d'imposer des règles à suivre, des directives, des conditions selon vous.

Mais vous savez, qu'imposer des règles, des limites, des conditions ne font que de créer des conflits, et alors il devient difficile de toujours contrôler un être humain, qui lui, va s'objecter, car sa nature est la liberté.

Alors, pour corriger cela, vous croyez devoir ajouter de nouvelles règles, plus de "comment faire". Vous avez fait l'erreur d'être concentré sur le résultat et non sur le processus qui apporte le résultat.

Votre processus actuel est donc de FAIRE quelque chose pour combler vos besoins d'ÊTRE quelque chose. Vous dépendez ainsi de ce que les autres font pour vos besoins. Pour combler vos besoins, vous devez utiliser des règles qui sont tous à votre avantage, pour vos propres intérêts.

Votre processus de création ne fonctionne pas, car il ne débute pas par un état d'être, mais par faire quelque chose, sans être conscient de vous. Vous devez inverser votre processus et prendre conscience de choisir un état d'ÊTRE ou vous êtes bien, puis de FAIRE quelque chose.

Vous devez imaginer votre état d'être, de faire comme si vous l'êtes, de faire comme si vous l'avez et alors, vous le vivrez.

Être, c'est être en relation en étant conscient de vos sentiments et émotions, ainsi que de l'autre avant de faire quelque chose.

 

Maintenant vous ?

Quels sont vos sentiments qui résonnent le plus avec ce qui est écrit ? Laissez-moi vos commentaires pour mieux écouter vos inquiétudes.

 


Auteur entrepreneur de plusieurs contenus éditoriaux de sites Web et fondateur d'entreprise. C'est la vérité qui libère et non les efforts qu'on fait pour se libérer.