Connaissez-vous les 3 pièges des gens au pouvoir pour détruire toute votre confiance ?

Devez-vous vendre votre âme, perdre la foi en vous, douter de vous afin que les systèmes puissent avoir du succès et ainsi en dépendre, en avoir besoin ? Est-ce que les systèmes politiques, économiques, éducatifs, religieux et sociaux sont plus importants que les êtres humains ?

C'est en offrant ce que vous avez besoin, que les gens au pouvoir de ces systèmes peuvent vous contrôler à leur guise et ainsi s'enrichir sur votre dos.

La peur de perdre cette sécurité extérieure, la peur de perdre vos besoins provoquent en vous, les justifications et les raisons nécessaires pour maintenir en place ces systèmes de dépendance au service des plus puissants.

 

 

Voler votre pouvoir

 

Quand votre sécurité et vos besoins ne dépendent pas de vous, alors pouvez-vous réellement parler de sécurité ? N'est-elle pas permanente et véritable, quand elle provient de vous, de l'intérieur de vous ?

Ces systèmes et institutions ont été créés par les riches et les puissants, et ce sont les riches et les puissants qui continuent de les soutenir.

Dans la plupart des cas, ce ne sont pas les riches en tant qu'individus qui le font, mais les systèmes sociaux et les institutions qu'ils représentent.

En appuyant de tels systèmes sociaux et institutions, ces individus peuvent se laver les mains de toute responsabilité personnelle quant aux conditions qui oppriment les masses tout en favorisant les riches et les puissants.

En vérité, pour avoir du succès, ces systèmes doivent vous contrôler, c'est la seule façon.

Vous devez douter de vous-mêmes, douter de vos capacités, sinon vous vous approprierez tout votre pouvoir. Ce ne serait pas bien. Ce ne serait pas bien du tout. Pas pour les gens qui détiennent actuellement le pouvoir. Ils détiennent le pouvoir qui vous appartient, et ils le savent.

Les systèmes ont tous trois points fondamentaux qui protègent les gens qui dirigent ces systèmes. Ces systèmes sont de nature politique, économique, religieux, éducatif et social.

 

Vous faire perdre la foi en vous-mêmes.

Si vous posez des questions, vous commencez à penser. Si vous pensez, vous commencez à revenir à votre source intérieure, votre connaissance intuitive, votre imagination, vos sentiments, vos vérités.

L'enseignement, la religion, le gouvernement, les riches qui vous embauchent, ne peuvent vous le permettre, car vous êtes susceptibles de trouver une réponse différente de celle qu'ils ont cherchée.

Alors, ces systèmes doivent vous faire douter de vous. Ils doivent vous faire douter de votre propre capacité de penser clairement et que vous n'êtes pas assez intelligent pour vivre la vie désirée en toute liberté.

Cette première tâche apporte l'oublie de soi par la négation de qui vous êtes et du pouvoir que vous avez.

 

Vous faire voir qu'elle possède les réponses que vous n'avez pas.

Ainsi, ces systèmes ont créé un mythe que la vie est une école pour apprendre, que sans cette éducation, vous ne pouvez pas avoir une vie de bonté, de paix et de croissance.

Vous n'avez pas été éduqués que les réponses sont en vous, mais que l'école et les gens au pouvoir possèdent toutes les réponses. Cependant, les problèmes sont des opportunités de création et sont toujours nouveaux, alors les solutions doivent être toujours nouvelles et pour qu'elles soient permanentes, elles doivent être au niveau de l'être avant de faire quelque chose.

Ils ont créé un habitude que seuls les gens éduqués peuvent et sont capables de bien vivre et d'aider son prochain afin de créer un monde meilleur. À regarder notre monde, nous observons que leur façon de faire n'a pas fonctionnée.

Vous misez sur l'accumulation de connaissance mémorisée qui ne vous aide même pas à solutionner vos simples problèmes. Vous n'avez pas appris ni compris que le but de l'éducation n'est pas la connaissance, mais la sagesse, qui est la connaissance appliquée.

Vous avez été éduqué que ceux qui savent ont toujours raison et alors ils peuvent dire aux autres quoi faire à leur avantage, en vous faisant croire que c'est pour votre bien.

Cette deuxième tâche est de créer en vous, une dépendance envers le besoin de ces systèmes afin d'être heureux ou de survivre et que ces systèmes possèdent les réponses que vous n'avez pas.

Votre pouvoir personnel est dans les mains des systèmes. Et si vous prenez conscience de votre pouvoir de création (pensée, parole et action), alors quel serait la nécessité, l'existence de ces systèmes ?

 

Vous faire accepter ses réponses sans poser de questions.

L'éducation vous a conditionné l'esprit à apprendre au lieu de comprendre par vous-mêmes au moyen de questions. Elle vous donne les réponses que vous devez croire pour vraies selon leur version des faits, sans aucune possibilité de comprendre tous les faits et ne pas répéter les mêmes erreurs que vos prédécesseurs.

Vous ne pouvez même pas poser des questions ou réfléchir à leurs idéaux, car cela pourrait compromettre leur autorité.

Ainsi, cette troisième tâche est d'introduire en vous, une forme de culpabilité par le jugement, et ainsi vous punir ou vous faire peur, si vous essayez de comprendre autre chose. Vous devenez des copies conformes au service des gens qui dirigent ces systèmes politiques, religieux, économiques, éducatifs et sociaux.

 

Est-ce que la religion des hommes nous divise ?

Autre que le système éducatif, qui lui a remplacé les systèmes religieux dans les pays occidentaux, de nombreux pays sur notre planète sont encore aux prises avec des doctrines profondes qui perdurent depuis des millénaires à contrôler l'esprit des gens en utilisant faussement, le nom de Dieu pour arriver à leurs fins.

Quiconque pense clairement et regarde ce que la religion a fait doit prendre pour acquis qu'elle n'a aucun Dieu car elle a :

 

  • Rempli les cœurs des gens de la peur de Dieu, tandis qu'avant, l'homme aimait son créateur dans toute sa splendeur et que Dieu a créé l'homme à son image.

  • Ordonné aux gens d'obéir, de s'incliner devant Dieu, tandis qu'avant l'homme se levait dans un joyeux mouvement.

  • Chargé les gens d'inquiétudes, de doutes à propos de la colère de Dieu, tandis qu'auparavant l'homme cherchait Dieu pour alléger sa douleur, son fardeau !

  • Dit à l'homme d'avoir honte de son corps et de ses fonctions les plus naturelles, alors qu'auparavant l'homme célébrait ces fonctions comme les plus grands cadeaux de la vie !

  • Enseigné que vous deviez avoir un intermédiaire afin d'atteindre Dieu, tandis qu'avant, vous aviez l'impression d'atteindre Dieu vous-mêmes, en vous contentant de vivre votre vie dans la bonté et dans la vérité.

  • Créé la division, qui est à l'opposé de Dieu. La religion a séparé l'homme de Dieu, l'homme de l'homme, l'homme de la femme.

 

Certaines religions disent que l'homme est supérieur à la femme, et affirme que Dieu est supérieur à l'homme, mettant ainsi en place l'un des plus grandes controverses jamais imposé à presque toute la planète.

En fait, Dieu n'est pas supérieur à l'homme, et l'homme n'est pas meilleur que la femme, ce n'est pas l'ordre naturel des choses. Mais ceux qui ont du pouvoir (les hommes) voulaient qu'il en soit ainsi quand ils ont lancé leurs systèmes religieux sur la base du mâle, écartant systématiquement de leur version finale des écritures saintes, la moitié de leur contenu et déformant le reste pour l'adapter à leur version ou modèle uniquement masculin du monde.

C'est la religion qui croit encore de nos jours, que les femmes sont inférieures aux hommes, et qu'elles sont des êtres spirituels de seconde importance, donc mal adaptées à la parole de Dieu, à devenir prêtre ou curé.

Mais si nous observons directement la situation sans porter de jugement, un grand nombre de nos hommes religieux ressemblent exactement à nos politiciens. Affamés de pouvoir, ils n'aiment pas le partager, ils ne veulent que l'exercer sans agir eux-mêmes à faire des actions personnelles. Et ils ont construit le même genre de Dieu. Un Dieu affamé de pouvoir. Un Dieu qui n'aime pas partager le pouvoir, mais tout simplement l'exercer.

 

Ce qui compte n'est pas d'élimer les systèmes, mais de modifier leur fondation en mettant l'importance sur la croissance des êtres humains et non la croissance des systèmes.