Pourquoi le besoin de reconnaissance et d’amour créent de la colère ?

Être reconnu apporte une grande satisfaction !

Être aimé apporte une grande joie !

Être apprécié apporte une grande fierté !

Cependant, avoir besoin de reconnaissance, d’amour ou d’appréciation apporte une grand peur causée par la dépendance.

 

La dépendance à vouloir des conditions en retour

J’observe que sans la relation, je ne peux pas être conscient de ce que je suis et ce que je ne suis pas, et ainsi vivre contre ma véritable nature d’aimer sans conditions, sans avoir à l’esprit un quelconque retour. Les conditions en retour causent la dépendance, les inquiétudes et la souffrance.

J’observe que sans la liberté, je ne peux pas choisir ce que je veux et ainsi me faire imposer, me faire obliger, me faire contrôler par les autres. Les ordres ou les obligations imposées causent l’esclavage, l’ennui et l’absence de motivation.

J’observe que sans la création, je ne peux pas réaliser mes choix et ainsi imiter les autres en croyant ne pas avoir le pouvoir d’être, de créer et obtenir ce que je veux. L’imitation cause l’indifférence, le désespoir et le manque de passion.

Par conséquent, je ne peux pas me connaître et m’aimer selon moi-même, et alors, je réagis en ayant besoin des autres pour me faire aimer, me faire apprécier, me faire reconnaître afin de compenser mon manque d’amour et de connaissance envers moi-même sans m’en rendre compte.

Ainsi, plus les gens me reconnaissent, m’admirent, m’aiment, et plus je dépends d’eux, plus je crois être une personne valable, importante, une personne qui réussit en m’aimant au travers eux.

Le besoin aux autres est néfaste pour moi, car mon bonheur vient d’eux, non de moi !

 

Si je n’obtiens pas ce que je veux, alors je souffre et je deviens colérique ou triste

Quand les gens ne m’aiment pas, ne me reconnaissent pas, ne m’apprécient pas, ne me donnent pas ce que je veux, alors je me sens vide, triste et malheureux…

Je souffre !

Cette souffrance se change en colère et je réagis en accusant les autres de ne pas me satisfaire, me rendre heureux.

Cette souffrance se change en grande tristesse et je réagis en me détestant pour ne pas être fier de moi.

En vérité, je dépends des autres et j’oublie que j’ai reçu des dons uniques de Dieu afin de me rappeler qui je suis et m’aimer en des versions de plus en plus grandiose de qui je suis.

N’ai-je pas le pouvoir de penser, parler et d’agir ?

N’ai-je pas le pouvoir d’offrir aux autres ce que je désire pour moi ?

N’ai-je pas le pouvoir de m’accepter tel que je suis et ainsi faire entrer en existence dans mon esprit, des idées magnifiques pour changer ma vie ?

Mais par dessus tout, ai-je oublié tout cela en imitant des gens « importants » qui avaitent oublié tout cela ?

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*