Tout le monde a peur de se voir tel qu’il est !

Probablement, j’ai nié, sans m’en rendre compte, ma vérité concernant les problèmes que je vivais, car j’avais peur d’accepter ma situation pour ne pas ternir mon image, mon bien paraître au devant des autres afin de me sentir à la hauteur.

Ma femme qui me quitte, un patron qui me congédie, un banquier qui reprend ma maison, une erreur que j’ai faite, un vendeur qui profite de moi, quelqu’un qui m’accuse d’être méchant, etc.

Mais lorsque de nombreux problèmes sont arrivés dans ma vie et m’ont secoué fortement dans mes sentiments et surtout mes croyances, alors j’ai commencé à prendre conscience qu’il y avait quelque chose que je ne comprenais pas et que si j’arrivais à le comprendre, je me sentirais reconnaissant, car cela pourrait être pour mon plus grand bien-être.

 

Avais-je peur de m’accepter tel que j’étais ?

Je niais et je jugeais au lieu de m’accepter et m’aimer comme un être qui évoluait par choix conscient de comportements ou façon d’être.

Cette négation et ce jugement ne faisaient que de garder en place la même réaction ou croyance, le même comportement habituel.

Ce comportement qui consistait à montrer une image que j’étais à la hauteur pour bien paraître.

Avais-je oublié mon pouvoir de création en imitant depuis ma naissance, des gens qui avaient oublié leur véritable pouvoir de changer quelque chose et ainsi évoluer en conscience ?

Comment comprendre et même accepter que cela était bien pour moi, lorsque je me sentais malheureux à propos de ces réactions ?

C’est lorsque j’ai arrêté d’avoir peur de me voir tel que j’étais en me justifiant, en me défendant ou en attaquant, que j’ai pu choisir un nouveau comportement et ainsi connaître ce qu’était la véritable confiance en moi.

 

Mon pouvoir de création débute par ma façon d’être dans les relations

À l’instant où quelqu’un me blessait, jamais je n’avais à l’esprit si mon comportement passé était en cause.

Je n’étais pas attentif si ma réaction était motivée par une pensée d’amour ou de peur.

En fait, je n’étais pas conscient de mon pouvoir de création, ce pouvoir qui est de choisir consciemment un état d’être aimable et juste sans avoir à l’esprit un retour… car j’imitais les gens de mon environnement qui, eux aussi, imitaient le même processus en toute inconscience.

J’avais oublié l’étape essentielle, soit celle d’être, celle qui n’a aucun besoin en retour et la peur de ne pas l’obtenir.

Par conséquent, je réagissais en oubliant l’étape d’être et aller à l’étape de « faire » sans aucun égards aux « sentiments d’être » des autres ni des miens.

 

Être, faire, avoir

Dans le véritable sens de la création, je ne fais pas quelque chose pour être heureux car cela est avoir à l’esprit un retour comme condition, mais je choisis d’être heureux d’abord dans ma conscience en relation avec l’autre et ensuite je fais quelque chose.

L’énergie créative est un état d’être nouveau dans ma conscience tandis que l’énergie réactive est un état d’être habituel dans une croyance, une inconscience que je répète sans m’en rendre compte, par habitude.

Mon problème n’est donc pas les autres ni le monde, mais ma façon d’être avec les autres ou le monde qui crée un problème.

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*