Qui vous a dit que la compétition est une bonne chose dans la vie ?

La compétition est-elle une bonne chose ?

La compétition n’est pas la collaboration !

La compétition n’est pas la compassion !

La compétition n’est pas l’amour !

Et pourtant, nous nous demandons souvent pourquoi il y a tant de conflits, de querelles et de divisions dans notre monde sans observer, qu’en chacun de nous, existe une pensée profonde, une habitude inconsciente, une croyance apprise des autres, que la compétition est quelque chose de bien dans les relations.

 

Enseigner la compétition crée l’indifférence et l’absence de compassion.

 

Comment nous recréons les mêmes conflits et divisions dans les relations ?

Ainsi, nous cherchons et appliquons des moyens ou des solutions pour bien s’entendre en oubliant de transformer l’énergie en nous, l’énergie qui recrée les mêmes conséquences sans s’en rendre compte.

En d’autres termes, changer les apparences, changer les effets sans changer ce qui redonne naissance à ces effets est une entreprise vaine et insensée.

Tant et aussi longtemps que nous ne voyons pas les autres comme étant nous-même en train de vivre une expérience différence, jamais nous arriverons à changer notre pensée profonde, changer librement et par choix, la source qui cause les conflits, en quelque chose de plus évolué.

 

L’école est l’endroit où les idées de conflit par la compétition prennent naissance

Pourquoi plaçons-nous nos enfants dans des écoles où l’on permet et encourage la compétition ?

Pourquoi récompensons-nous le fait d’être le meilleur et d’apprendre le plus ?

Pourquoi accordons-nous de la valeur à la performance ?

Pourquoi le fait de progresser à son propre rythme est à peine toléré ?

Qu’est-ce que nos enfants en comprennent ?

Toutes mes années passées à l’école m’ont permis d’apprendre par obligation imposée que la compétition est quelque chose de bien, de normal et que les adultes savaient parfaitement ce qui était le mieux pour moi.

Ne m’ont-ils pas rappelé constamment par la peur, la culpabilité et l’intimidation qu’ils avaient raison et moi, tort ?

Par conséquent, j’ai développé une profonde habitude de voir les autres comme des adversaires, comme des rivaux, comme de méchantes personnes, et non comme des êtres humains blessés dans leur amour propre s’ils n’étaient pas à la hauteur dans toutes les situations de la vie.

L’école doit changer son programme et son but afin de permettre à nos enfants à ne pas faire les mêmes erreurs que nous.

Cependant, les dirigeants ni les politiciens n’ont aucune envie de changer une situation qui leur donne plus de pouvoir sur les gens et ainsi continuer à se croire des êtres supérieurs et posséder encore plus de richesse.

Par conséquent, le changement doit venir de chaque personne qui ne dirige pas, qui ne contrôle pas les enfants en montrant l’exemple que la compétition est un poison dans les relations, sans chercher à porter un jugement sur elle, mais en l’acceptant et la comprenant telle qu’elle est.

Le pouvez-vous ?

 

Accepter la compétition permet de faire un choix plus élevé

Le contraire de toute chose doit exister afin d’avoir un choix conscient, mais en portant un jugement de bien ou de mal sur quelque chose, alors on nie l’existence de quelque chose et ainsi ne jamais avoir de choix possible dans notre conscience.

Un choix entre ce qui est (la compétition entrée de force dans notre esprit par l’enseignement imposé) et ce qui n’est pas (le contraire de la compétition sortie librement de notre esprit par notre imagination).

En fait, seul ce qui existe peut être changé, jamais ce qui n’existe pas, car on déclare son inexistence.

Ainsi, le jugement empêche l’esprit de penser librement et juger le jugement de mal empêche de faire entrer en existence dans notre esprit, l’idée de comprendre quelque chose par choix.

J’espère que vous avez bien compris mon dernier paragraphe sinon, expliquez-le à une autre personne et ainsi le connaître par expérience.

Je le répète, tant et aussi longtemps que nous ne voyons pas les autres comme étant nous-même en train de vivre une expérience différence, jamais nous arriverons à changer notre pensée profonde concernant la compétition, changer librement et par choix, la source qui cause les conflits, en quelque chose de plus évolué.