Est-ce que l’obéissance aux parents donne naissance à la violence verbale ?

Comme la plupart des parents, je voulais que les gens me reconnaissent comme un père qui réussit, un père à la hauteur, un père respectable et aimable qui élève ses enfants à bien vivre en société, à vivre selon les règles ou les lois du monde extérieur.

Je voulais aussi être un bon père de famille, me sentir bien en exerçant cette responsabilité, ce rôle avec mes enfants.

Pour y arriver, je devais obtenir leur obéissance totale et leur confiance aveugle afin qu’ils se soumettent à mes ordres, à mes directives sans poser de question.

Ainsi, cette idée a pris naissance à partir de mon monde extérieur et a façonné ma façon de penser sans m’en rendre compte.

Par conséquent, ma façon de penser ne venait pas de mes choix libres, mais par le conditionnement des autres nés avant moi.

 

Le monde des adultes a utilisé la ruse, la peur et le jugement pour me contrôler afin d’obtenir leurs désirs

Durant ma jeune enfance, je n’étais vraiment pas un enfant sympathique et souriant, car j’avais peur des adultes qui parlaient avec autorité et en plus, je les voyais comme des personnes qui ne faisaient jamais d’erreurs.

Je me souviens que ma mère criait beaucoup dans la maison, mais une fois en dehors, en public, elle montrait une toute autre image pour prouver aux autres qu’elle était une « bonne maman » !

Elle disait souvent que je devais obéir, car c’était pour mon bien, pour mon éducation sans jamais m’expliquer ses intentions à elle.

Chaque jour, elle utilisait la violence verbale et physique pour « m’éduquer convenablement » selon les valeurs de la société qui sont en fait, les mêmes profondes croyances inconscientes que les siennes.

Ces profondes croyances concernant l’obéissance aux parents me furent transmises par des gens qui se croyaient supérieurs, qui connaissaient tout de la vie, qui ne se trompaient jamais et qui avaient toujours raison !

Aujourd’hui, je vois très bien comment sont traités les enfants afin de les contrôler à se soumettre aux désirs des adultes nés avant eux.

Je le suis devenu moi-même !

N’est-il pas plus sage de demander la permission à mes enfants, de poser des questions, de les traiter comme des êtres humains égaux, au lieu de me croire plus puissant qu’eux et ainsi diviser la relation ?

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*