Pourquoi je n’étais pas compatissant envers mes enfants ?

La séparation engendre l’indifférence et l’injustice ou la supériorité, mais l’unité produit la compassion et l’égalité authentique.

Ce concept de séparation était fortement enraciné dans l’idée que les parents étaient supérieurs aux enfants et qu’ils devaient respecter l’autorité parentale.

Mais cela n’a fait qu’ignorer les sentiments que vivaient mes enfants tout en les rendant coupables pour me justifier, pour ne pas voir ma responsabilité.

Lorsque j’ai pris conscience que mes enfants et moi étions unis dans l’âme, que nos sentiments étaient la fondation, la cause première de toute chose avant de faire quelque chose, alors je me suis souvenu que j’avais déjà été tout cela auparavant, donc je n’avais rien à apprendre.

Il me suffisait de me souvenir que j’ai déjà été non violent et le faire le plus souvent de façon consciente, non de façon inconsciente.

Pour cela, je n’avais qu’à me souvenir combien cela me faisais du bien lorsque mes parents étaient gentil envers moi ou lorsque j’étais gentil envers mes enfants.

 

La joie de me rappeler ce qui me faisais du bien

Avais-je oublié combien je me sentais bien lorsque :

  • Je parlais avec gentillesse sans élever la voix
  • Je disais à mes enfants qu’ils pouvaient me dire non sans représailles
  • Je demandais leur consentement, leur permission, leur autorisation
  • Je m’intéressais comment ils se sentaient dans certaine situation
  • Je respectais leurs sentiments sans vouloir les changer
  • Je posais des questions s’ils avaient une idée comment faire
  • Je montrais mon humanité, ma vulnérabilité en disant mes erreurs
  • Je les aimaient tels qu’ils étaient sans faire de comparaison avec les autres
  • Je montrais mon intention de les comprendre sans leur donner tort
  • Je donnais le plus d’information pour prendre des décisions avisées
  • J’acceptais leur faute en leur disant que cela est le premier pas de la réussite
  • Je me montrais en exemple pour les guider à faire de même

 

En vérité, ma solution était d’intégrer ces comportements dans mes relations avec mes enfants en étant conscient que nous étions unis dans l’âme, dans nos sentiments avant de faire quoique ce soit.

D’être conscient de ne pas faire sentir à mes enfants, ce que je n’aimais pas que mes parents me faisaient sentir, de me rappeler ce qui me faisais du bien et le faire consciemment et souvent envers mes enfants.

J’avais déjà tout cela en moi et je n’avais pas besoin de l’exiger de mes enfants, mais j’avais oublié qui j’étais en suivant des gens qui l’avaient oublié en croyant devoir l’obtenir de leurs enfants, au lieu de l’offrir.

 

J’avais déjà ce que je voulais, il suffisait de l’offrir à mes enfants

Je voulais être reconnu, il suffisait de reconnaître mes enfants.

Je voulais être respecté, il suffisait d’être respectueux envers mes enfants.

Je voulais être écouté, il suffisait d’être à leur écoute et poser des questions.

Je voulais leur bonheur, il suffisait d’être gentil avec eux.

Cela me faisais tellement de bien d’être gentil avec mes enfants sans rien n’exiger d’eux, sans vouloir leur écoute à tout prix, mais de leur laisser la liberté de choisir d’être, de faire et d’avoir selon un certain encadrement, compte tenue de leur niveau de conscience de l’instant.

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*