La véritable justice n’est pas une conclusion suite à une action

Je croyais que la justice était de faire payer l’autre, car c’est bien de cela qu’il s’agit n’est-ce pas ?

Je voyais tous ces gens être heureux, être soulagés, quand une condamnation était donnée à quelqu’un suite à une action criminelle ou non.

Rien pour réparer le mal qu’il avait fait aux autres et rien pour comprendre comment cela a pris naissance dans son esprit…

Mais en étant dans les souliers de l’autre, j’ai senti combien ce genre de justice était injuste et surtout peu évoluée.

J’ai compris que j’étais aussi responsable de tout ce qui arrivait dans ce monde, car d’une certaine manière j’ai contribué en incitant les autres à faire du mal, car je n’ai pas toujours été aimable ni juste.

Comme il est facile de porter un jugement sur les apparences, mais pour comprendre le processus en cause, pour se remettre en question, les apparences ou les résultats ne sont d’aucune utilité.

 

Qui remet en question la justice actuelle ?

Rares sont les gens qui remettent en question les lois et la justice.

Je me suis conformé comme tout le monde sans poser de question, sans réfléchir moi-même, sans observer qu’elle favorise les traitements de faveur et la vengeance, donc l’injustice.

En fait, la justice actuelle est la démonstration de ce qu’est l’injustice, peu importe ce que nous croyons.

Apprendre des lois ou imposer des règles est une habitude apprise pour accumuler des mots dans la mémoire afin de pouvoir contrôler les autres en oubliant le présent tandis qu’être juste est un comportement, une façon d’être dans une relation qui n’oublie pas les sentiments et les intentions présents de chaque personne.

Parce que j’avais oublié d’être conscient, de comprendre mes sentiments et mes intentions ainsi que ceux de l’autre avant de dire ou faire quelque chose, alors j’ai créé une injustice en mettant uniquement l’importance sur ce que je voulais.

Et ce que je voulais, je le cachais, je mentais et j’utilisais la ruse pour arriver à mes fins en disant que c’était pour le bien de l’autre.

L’autre en a eu assez et malheureusement, il a souffert à cause de moi pour ensuite exprimer de la colère ou du chagrin qui a causé des réactions malavisées dans les relations.

La véritable justice n’est pas une conséquence suite à une action dans mes relations, mais une action dans mes relations, une façon d’être choisie consciemment et librement, non de m’y soumettre par la peur ou la culpabilité des autres qui se croient supérieurs.

N’est-il pas intelligent de s’observer avant de dire ou faire quelque chose aux autres ?

N’est-il pas sage d’avoir l’intention de comprendre le processus invisible en cause, au lieu d’avoir l’intention de réagir par le jugement des apparences, des résultats ?

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*