4 habitudes qui vous empêchent de faire un travail que vous aimez


Que vous soyez à l'emploi des autres ou que vous ayez votre propre entreprise, faire un travail que vous aimez est une joie immense.


 

 

4 habitudes qui empêchent de faire un travail passionnant

 

Aimez-vous vivre dans la monotonie et l'ennui ?

Les gens qui font un travail qu'ils n'aiment pas sont nombreux, cependant, si vous ne prenez pas conscience de vos habitudes qui gardent en place cette façon de vivre, alors il est certain que vous allez passer le reste de votre vie dans la monotonie et l'ennui tout en ayant peur de perdre votre besoin de sécurité.

Heureusement, c'est en observant, en acceptant et en comprenant certaines de vos habitudes, que vous pouvez connaître cette joie, cette passion de faire qui est déjà en vous, mais que vous avez oublié.

Ce n'est pas non plus en cherchant une autre solution, des distractions, une autre idée hors de vous, que vous trouverez votre passion, car ce processus n'a jamais fonctionné et ne fonctionnera jamais.

Il suffit de regarder le monde vivre sans passion, sans amour de faire, sans enthousiasme, pour voir cette erreur de chercher hors de vous, donc chez les autres, quelque chose qui est simplement en vous.

Mais avez-vous cette intention ou bien préférez-vous continuer à vivre de la même façon habituelle et monotone qui vous endort dans le confort et l'ennui ?

 

Les 8 questions d'un sondage

J'ai réalisé un sondage contenant 8 questions pour connaître votre passion et les nombreuses réponses m'ont apporté suffisamment d'information pour écrire cet article.

En lisant vos réponses, j'ai observé que vous tous aviez vos propres idées et solutions concernant vos passions, et non des réponses vagues et incertaines.

Pourquoi est-il si facile aux gens de répondre à ce sondage ? Tout simplement qu'il n'y a personne près d'eux qui pourrait nier, juger ou critiquer leur réponse et par conséquent, les gens n'ont aucune crainte et sont totalement honnêtes envers eux-mêmes.

Pourquoi alors est-il si difficile aux gens de faire quelque chose qu'ils aiment quand en général, ils savent ce qui les animent ? Tout simplement qu'ils ont des habitudes qui empêchent leur passion de s'exprimer en toute liberté.

J'en ai observé 4 importantes et certainement, il y en a plus :

 

1. L'habitude de tuer sa motivation personnelle

Nous avons été conditionnés par l'enseignement à ne pas penser soi-même. Ils choisissent des questions et ont doit avoir les mêmes réponses qu'eux. Et s'il y a un choix de réponse, alors nous sommes obliger à ce choix.

Cela a produit en chacun de nous, de perdre notre foi et ainsi douter de nous, de ne pas avoir confiance en nous.

Ainsi, notre esprit ne pense pas à créer nos propres questions qui activent notre imagination et non plus, de réfléchir soi-même concernant nos propres réponses.

N'est-il pas difficile d'être motivés lorsque les autres nous donnent des ordres pour accomplir leur volonté, qui souvent est contraire à la nôtre ?

Mais lorsque nous imaginons nos propres questions et que nous trouvons nos propres idées, nos propres solutions, nos propres réponses, avez-vous remarqué combien nous sommes fortement motivés et joyeux de faire des actions ?

Avez-vous remarqué aussi que même si nous avons une crainte, nous voulons agir avec confiance afin de connaître en expérience et en sentiment, si notre idée fonctionne en fonction de ce que nous désirons ?

Cependant, notre éducation nous a conditionné l'esprit à chercher des réponses, des solutions ou des idées hors de nous, donc chez les autres afin qu'ils conservent le pouvoir sur nous, et alors nous tuons notre faculté de créer, de penser, de s'exprimer ainsi que notre motivation d'agir avec passion et liberté.

 

"Notre motivation doit venir de nous et non hors de nous"

 

2. L'habitude de faire un travail pour de l'argent

Lorsque nous n'avons pas de motivation personnelle qui nous tient à cœur et venant de notre esprit créatif, alors nous faisons ce que les autres nous ont obligé de croire, soit de travailler pour un motif d'argent.

Nous allons à l'école pour apprendre ce que les autres veulent que nous apprenions et ensuite de faire un travail qui nous apporte de l'argent.

N'est-ce pas l'objectif visé, le motif habituel de ceux qui contrôlent les système organisés ?

Durant notre jeunesse, nous observons la réalité que les adultes nous montrent et nous choisissons parmi les nombreuses possibilités de travail. Personne nous parle de découvrir ce qui nous anime intérieurement, ce qui nous passionne de faire.

Tout se passe en nous disant ce que nous devrions faire et avoir, que le futur est important, mais jamais ce que nous aimons faire, donc ce que le présent est.

Que vous soyez âgé de 10 ans ou bien de 70 ans, découvrir votre passion n'est pas une question d'âge ni de futur ni de passé.

Dans l'apprentissage d'un travail que l'on aime, l'argent n'est pas important.

Ce qui importe est de le faire avec amour, de l'expérimenter sans recevoir un retour en argent. Travailler gratuitement est une des meilleure façon de découvrir si vous aimez quelque chose.

Certes, l'argent est un motif agréable, mais il existe un meilleur motif pour chacun de nous, soit celui de faire quelque chose que l'on aime et dans cet amour de faire, les occasions nouvelles se présentent comme des surprises inattendues lorsque notre passion est au service des gens.

Quand notre travail apporte une solution aux problèmes des gens, apporte de la valeur ajoutée à la vie des gens ou apporte un moyen satisfaisant pour combler une incapacité des gens, alors notre passion nous amène un bien-être dans tous les aspects de notre vie, y compris l'argent provenant des autres.

Probablement, vous faites actuellement un travail où votre sécurité financière ou votre survie en dépend. Mais il n'est pas nécessaire de quitter ce travail pour faire quelque chose que vous aimez ou avez toujours aimé et ainsi risquer de perdre votre sécurité.

 

"Notre objectif de travail doit être notre passion et non l'argent"

 

3. L'habitude de mentir pour bien paraître

Vous regardez les gens est vous croyez qu'ils aiment leur travail.

Nos éducateurs, nos leaders et nos grands penseurs ont eux aussi débuté, sans sans rendre compte, par cette même habitude de regarder les autres et non de percevoir leur vérité intérieure.

En vérité, rares sont les gens qui aiment leur travail, peu importe l'argent qu'ils font et le titre qu'ils ont.

Avez-vous réfléchi pour savoir si les gens n'avaient pas une habitude de mentir, de cacher leurs vérités afin de bien paraître concernant ce qu'ils font ?

Avez-vous déjà posé une question aux gens s'ils aimaient leur travail et répondre affirmativement puis ensuite dire qu'ils ont hâte aux fins de semaine, hâte aux vacances, hâte au vendredi ?

Une fois adulte et bien installé dans votre sécurité monotone et ennuyante, êtes-vous à votre tour, en train de vouloir bien paraître avec vos biens, vos titres, vos accomplissements personnels, vos réussites et ainsi vous croire supérieurs aux autres avec tant de reconnaissance ?

Êtes-vous en train de vous réaliser individuellement pour bien paraître ou bien collectivement en offrant votre passion aux autres sans vous faire remarquer, sans vouloir avoir les réflecteurs sur vous ?

La passion ne cherche pas ces artifices pour compenser votre inconscience de soi et votre manque de quelque chose, mais bien à partager avec les autres afin qu'ils ne manquent de rien, que leurs vie soient meilleures.

Une véritable passion de faire ne cherche pas à accumuler, à retenir, à conserver ou en avoir de plus en plus par la peur que les autres en aillent plus que vous.

 

"Être reconnu pour bien paraître indique que vous n'aimez pas votre travail"

 

4. L'habitude de fuir dans les plaisirs du corps

Les gens n'aiment vraiment pas leur travail et alors ils cherchent par réaction à compenser dans les distractions, les divertissements ou les plaisirs du corps.

Lorsque votre sécurité au travail est obtenue, peu importe  la grandeur, alors la monotonie et l'ennui deviennent votre vérité sans vous en rendre compte.

Vous réagissez en recherchant les distractions, les divertissements au moyen des plaisirs du corps. Pourtant, ces plaisirs sont temporaires et lorsque le dernier ne vous donne plus satisfaction, alors vous passez au suivant et ensuite au suivant, etc.

Les gens se distraient dans les activités du corps au lieu de créer quelque chose qui apportent du bien-être aux autres ainsi qu'à eux-mêmes.

Il n'y à rien de mal à se faire plaisir, à s'amuser, c'est tout simplement la nature de l'être humain. Votre nature désire évoluer et pour cela, vos choix aussi doivent évoluer en incluant de plus en plus, les désirs de l'âme sans oublier ceux du corps.

Mais quand les plaisirs du corps composent la totalité de vos plaisirs, alors vous oubliez l'existence de votre âme, qui elle aussi, a des désirs.

En fait, votre corps est l'outil pour réaliser vos intentions, mais est-ce que votre esprit décide selon les intentions de votre âme ou contre votre âme ?

Consciemment ou inconsciemment ?

 

"Oublier votre âme en croyant que vous êtes uniquement un corps"

 

Qu'est-ce que la passion de faire ?

La passion de faire est l'amour qui nous pousse à changer l'être en action. Elle propulse le moteur de la création. Elle transforme des concepts en expérience.

Être est une fonction de l'âme tandis que faire est une fonction du corps.

L'esprit est ce qui décide et anime le corps selon les choix, les intentions de l'âme ou contre elle.

La passion est le feu qui nous pousse, nous motive à exprimer qui nous sommes vraiment et ce que nous apportons aux autres afin de contribuer au mieux-être de tous incluant le nôtre.

Le bien-être de soi et des autres est ce que l'amour est, ce que l'âme est. Les sentiments en sont les effets à vous et à l'autre.
 

Maintenant vous ?

Quels sont vos sentiments qui résonnent le plus avec ce qui est écrit ? Laissez-moi vos commentaires pour mieux écouter vos inquiétudes.

 


Auteur entrepreneur de plusieurs contenus éditoriaux de sites Web et fondateur d'entreprise. C'est la vérité qui libère et non les efforts qu'on fait pour se libérer.